#Dakart2016 – Mokodu Fall, du génie dans les mains

12356877_10206973145479247_1090020691113416021_oLa biennale des arts de Dakar s’est déroulée du 03 Mai au 04 Juin passé ; sur toute l’étendue du territoire, on a assisté à des expositions autres parcours artistiques de talents d’ici et d’ailleurs. Hors des sentiers battus, j’ai préféré m’intéresser à la programmation OFF de la biennale ; ce que je n’ai pas du tout regretté.

Durant ma randonnée culturelle dans les OFF du #Dakart2016, j’ai fait la découverte d’un artiste plasticien sénégalais qui réside à Rome. Mokodu Fall fait de très beaux portraits ; celui de Youssou Ndour a irrémédiablement beaucoup marqué.

Petite interview du maestro…

Présentation…

« Artiste autodidacte, j’évolue dans le domaine du figuratif. Pour la première fois, je fais partie des OFF de la biennale. J’ai exposé à Toubab Dialaw, à Saint-Louis et un peu partout à Dakar ».

Un petit mot sur son parcours…

« J’ai appris personnellement et individuellement en faisant des recherches et en pratiquant surtout. J’ai commencé à dessiner pour des journaux satiriques des années 90 ; j’y faisais surtout des caricatures. Plus tard, en m’installant à Rome, j’ai perfectionné ma technique mais aussi à toucher à d’autres techniques comme la peinture à huile dans laquelle j’excelle en ce moment. Le figuratif me convient, j’ai trouvé la technique d’expression de mon art ».

Œuvres exposées pour la biennale…

« Pour ce #Dakart2016, j’ai amené beaucoup de portraits surtout des portraits de femmes africaines ; c’est une thématique qui m’interpelle beaucoup et cela se reflète sur mes tableaux. C’est un hommage que je rends à ces braves dames qui, il faut le dire, tiennent en marche nos sociétés africaines. En Europe où je vis, les images que l’on montrent souvent de la femme africaine manque d’élégance donc c’est l’occasion de donner une autre image de notre continent».

Vie d’artiste expatrié…

« Je dois reconnaitre qu’en Europe les moyens sont autres et les politiques culturelles sont meilleures ce qui fait qu’en tant qu’artiste on se sent vraiment pris en compte. Je salue l’organisation de la biennale car c’est l’une des plus grandes d’Afrique noir. Tout n’est pas parfait bien-sûr mais je crois qu’avec le temps le management et l’organisation se perfectionneront ».

Rencontres artistiques…

« Il faut dire que j’ai été ravi des rencontres que j’ai pu faire. Des artistes très talentueux ont fait les beaux jours de cette biennale. Avec les collectifs, j’ai fait de chaleureuses rencontres et je vais tout faire pour rester en contact car pour moi, ensemble nous sommes plus forts et plus productifs. Je ne manquerais pas rendre hommage aux grands maitres tels que Joe Ouakam pour qui j’ai un grand respect. Avec eux, je continue d’apprendre et de m’ouvrir encore plus au monde. »

Perspectives et Programmes…

« Juste après cette biennale, je rentre à Rome pour un festival qui va regrouper des artistes originaires de l’Afrique de l’ouest invités par leurs contemporains européens. Je vais continuer mes expos en Europe mais je suis entrain de penser à un programme au Sénégal. Le projet est en gestation et il se peut que l’on se retrouve bientôt autour d’une grande exposition à Dakar ».

A bientôt…

Publié par Jaly Badian from Accentculturel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils